[cinéma] "Le mariage de Tuya", l'amour au plus près de la Chine profonde

Publié le par caphi

 
Le mariage de tuya
Je vous recommande ce film à contre-courant de la cinématographie actuelle. Et dépaysement total pour le prix d'une place de cinéma ! Ça nous change.

caphi


critiques choisies
 
"Ours d'or à Berlin, "Le mariage de Tuya" ("Tuyas ehe") est un émouvant portrait, tout en finesse, d'une bergère mongole qui cherche à contracter un second mariage pour subvenir aux besoins de sa famille, et en particulier d'un premier époux invalide, sur lequel elle veut continuer à veiller. (...) Ode à la vie des populations mongoles menacées par le centralisme chinois et la sédentarisation forcée, ce film d'un grand esthétisme, joué par des non-professionnels, a été tourné sur les terres ingrates de laMongolie intérieure chinoise" [Libération]
 
"Le mariage de Tuya", l'amour au plus près de la Chine profonde
 
Plusieurs raisons d'aller voir "Le mariage de Tuya", sorti cette semaine sur les écrans français. D'abord, c'est un point de vue personnel, pour la belle et formidable actrice Yu Nan, qui incarne Tuya, une jeune éleveuse de moutons des steppes de Mongolie intérieure, accablée par le destin. Ensuite pour la Mongolie, assurément, sa dureté, sa beauté, son authenticité. Enfin pour le récit cinématographique du réalisateur Wang Quanan.

Pour toutes ces raisons, "Le mariage de Tuya" a remporté l'Ours d'or au dernier festival de Berlin. Une nouvelle récompense pour un film chinois qui montre une réalité aux antipodes de la modernité décoiffante des centres urbains. Wang Quanan lui-même soulignait lors de la remise du prix à Berlin qu'il avait voulu montrer "ce que nous perdons peut-être, dans notre héritage culturel, sur l'autel du boom économique" [Rue89]

"La Chine possède une cinématographie au moins aussi variée que sa géographie (...) Au-delà du constat sociologique, le film s’attache à des personnages qui se défendent contre le progrès en répondant par la coutume. La réflexion ne manque pas de profondeur et on peut se laisser embarquer dans cette aventure dépaysante avec un plaisir mêlé d’intérêt qui ne doit rien aux contingences commerciales en usage dans le cinéma occidental. La pureté du cœur est parfois bénéfique [Jean-Philippe Guerand, www.dvdrama.com]

le mariage de tuya
 
le mariage de tuya
 
le mariage de tuya
 
"Quant à la beauté du panorama, elle n’en rappelle pas moins l’universalité de cette quête féminine, dans une contrée où les hommes sont peu nombreux et dans un film où le chameau de Tuya est souvent meilleur que les comédiens" [Julien Welter, ARTE]



"Le mariage de Tuya" (Tu ya de hin shi)
Chine 2006, 92 min
avec Yu Nan, Bater, Senge, Peng Hongxiang, Zhaya

Publié dans [cinéma]

Commenter cet article