[reportage] Le prix Wepler-Fondation La Poste, un prix différent, engagé et libre

Publié le par caphi

Créé en 1997 par Marie-Rose Guarniéri, fondatrice de la Librairie des Abbesses (Paris XVIIIe), le prix Wepler-Fondation La Poste 2007 a été décerné hier, lundi 12 novembre.

Pour son dixième anniversaire, le prix a été remis à Olivia Rosenthal pour «On n'est pas là pour disparaître» (Verticales), et la mention spéciale 2007 attribuée à Louise Desbrusses pour «Couronnes boucliers armures» (P.O.L.). 


La remise du 10e prix Wepler-Fondation La Poste remis le 12 novembre 2007

filmée par caphi (4 minutes 56)

Olivia-Rosenthal-10e-Prix-Wepler-La-Poste--avec-Louise-Desbrusses-mention-sp--ciale-12-11-2007-Paris-XVIIIe.JPGOlivia Rosenthal (à droite) et Louise Desbrusses, les lauréates entourées par deux danseuses du Moulin Rouge - photo caphi

Le prix Wepler - Fondation La Poste est né il y a dix ans de l’engagement littéraire d’une libraire Montmartroise, Marie-Rose Guarniéri.

Cette femme dynamique et chaleureuse rêvait de "Lettres ouvertes sur des horizons non balisés, sur l’originalité et l’audace."
 
Avec le soutien de La Poste et de la brasserie Le Wepler, sise place Clichy (Paris XVIIIe), doté d’une prime de 10.000 euros pour le grand gagnant et de 3.000 euros pour la mention spéciale, le Wepler est devenu, en dix ans, un vrai sésame pour son lauréat.
 
Le Wepler se veut "d'esprit, rebelle, passionné, engagé". "L’audace, l’excès, la marge et l'érudition" sont les qualités demandées pour obtenir ce prix de plus en plus convoité et populaire, remis chaque année par un jury différent composé de lecteurs, professionnels, critiques ou libraire - "renouvelable, composite et libre" précise la libraire volubile et passionnée - il veut éviter ainsi les ententes, les arrangements des grandes maisons d'édition.

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, fidèle soutien du Prix Wepler depuis le début, en présence également, et pour la première fois, d'un "représentant du Président de la République", a rappelé son intérêt pour ce quartier "non normalisé" et a lançé à Marie-Rose Guarniéri : "Restez vous-même !".

Marie-Rose-Garni--ri-en-compagnie-du-maire-de-Paris--de-son-adjoint--et-du-maire-du-XVIIIe-12-11-2007-Paris-XVIIIe.JPG Marie-Rose Guarniéri en compagnie du maire de Paris, de son adjoint à la sécurité le député Christophe Caresche et du maire du XVIIIe Daniel Vaillant - photo caphi

La fête bâtit ensuite son plein... d'huitres, de vin blanc et Champagne dans une ambiance très détendue sur des musiques "techno-rock" qui détonne sur les autres prix littéraires de la rentrée.

caphi

 

Publié dans [reportages]

Commenter cet article