[cinéphilie] "La France" de Serge Bozon

Publié le par caphi

Choisissant le parti de prendre le lecteur-internaute à rebrousse-poil et hors des sentiers battus,  je vous recommande de ne pas laisser échapper ce film de votre cinéphilie. 

Sylvie-Testud-dans-La-France-de-Serge-Bozon.jpg"La France", un road-movie durant la Grande Guerre avec une Sylvie Testud travestie en soldat extraordinaire de vérités. Une manière originale de traiter des "engagements". Prix Jean Vigot 2007. 

caphi

critiques choisies

"Imaginez "La Septième compagnie au clair de lune" filmée par Walsh et réorchestrée par les Beach Boys : c'est un peu ça, "La France" " [Chronicart.com]
  
"Vous qui entrez en ce territoire, soyez prévenus : cette France-là ne s’ouvre pas facilement. Pour autant, elle mérite qu’on s’y attarde et que l’on prenne le temps de la voir et de l’écouter. Car elle a la saveur d’un poème tissé d’amour et de mort, d’une ballade de mots simples et touchants." [Fluctuat.net]
 
L'histoire  :
"Serge Bozon filme une troupe de déserteurs en errance aux abords des combats, bientôt rejointe par une jeune femme travestie en garçon, à la recherche de son mari disparu sur le front." [Chronicart.com] "Brindille androgyne tendue par la force de sa passion, formidablement incarnée par la trouble Sylvie Testud, Camille s'invente une identité d'orphelin brûlant de se battre pour son pays et convainc ainsi le chef d'un bataillon (Pascal Greggory) de l'adopter et de la conduire jusqu'à la ligne de front. (...) Scellant une rencontre entre une poignée d'idéalistes, la naissance d'une communauté d'élus, La France suit son errance à travers la grisaille d'une campagne désolée." [Le Monde]
 
la-france.jpgLa France, poème en images empli de sincérité et de pudeur.
"Des chants anachroniques, d’inspiration anglo-saxone, très pop britannique, ponctuent le film." (...) La France se meut ainsi dans une zone brumeuse, à la frontière de l’existence et de la mort. C’est un peu le mythe d’Orphée et Eurydice, mais rejoué à l’envers. Ce n’est plus Orphée qui part aux Enfers à la recherche de sa douce, mais l’amante qui affronte les ombres pour retrouver son bien-aimé." [Fluctuat.net]
 
"Naviguer entre les identités devient ici un acte politique, un mot d'ordre qui, à l'instar des chansons du film, déborde largement son cadre temporel et confère à celui-ci, au-delà de son esthétique pop anachronique, une dimension très actuelle." [Le Monde - "La France" : errance entre le songe et la fantaisie pure]
 
"Un objet certes inhabituel, insolite, mais réellement émouvant" [Fluctuat.net]
 
La France de Serge Bozon avec Sylvie Testud, Pascal Greggory, Guillaume Depardieu (France, 1 H 42)

Publié dans [cinéma]

Commenter cet article