[Chronique] Ironies et (dés)espoirs

Publié le par caphi

Une oeuvre de Sophie Rocco exposée à la galerie Polad-Hardouin

Lettre à Hugo, le blog reporter People


Mon cher Hugo,
 
Bien l'ironie de ton reportage de l'Olympia :
 
Mais c'était pour RIRE ? !
 
ET l'expo Patti Smith à la Fondation Cartier, bien ?
 
J'ai raté le vernissage !
 
Pourtant je n'étais pas très loin dans l'après-midi : du Luxembourg jusqu'à Vavin avec les lycéen(ne)s en colère. 2000 lycéen(ne)s, principalement venu(e)s de la banlieue, manifestaient à nouveau contre les réformes du gouvernement...

Sur le boulevard Saint-Michel ce jeudi 27 mars 2008 - photo caphi
 
EN 68, leurs ainés manifestaient contre la rigidité de l'éducation et contre leurs éducateurs ; aujourd'hui, les lycéens «en lutte» défilent pour sauver leurs profs ! (Libération). Quelle ironie de l'Histoire !
 
Pour me changer les idées, j'ai fait une visite dans une galerie de la rue Quincampoix où se juxtaposent les oeuvres fortes, spirituelles de deux artistes pour "une interrogation commune sur le devenir de l'homme".

 
"La traversée du miroir" à la galerie Polad-Hardouin avec les "cicatrices humaines" (dessins) de  Sophie Rocco et les "dévorants" (sculptures) de Louise Giamari (jusqu'au 19 avril 2008) - photo caphi
 
J'ai rencontré l'artiste Sophie Rocco qui peint, depuis l'âge de 12 ans, "ce qu'elle verrait des années auparavant".
 
Ensuite, non loin de là, rue de Turbigo, Point Soleil, "premier réseau français de centres de bronzage", inaugurait, autour d'un cocktail en compagnie d'autres journalistes, son nouveau centre pilote et présentait en exclusivité la Fit'n Sun, un appareil révolutionnaire permettant de bronzer tout en sculptant sa silhouette. EN SAVOIR PLUS. Je l'ai même testée pendant 10 minutes : étonnant et tonique ! On l'impression de faire du rafting en plein montagne et (re)prendre des couleurs !
 
Mais c'est le vert qui dominait à la Soirée verte instructive de la cave du Social Club, à deux enjambées de là, rue Montmartre...

 
Une sorte de speed ou slow-dating, selon votre temps et votre intérêt, pour des discussions et des échanges d'informations autour d'un apéritif où designers, marqueteur et autres communicants tentent de changer le monde. Infos : pourquoitucours.fr
 
Pour calmer les méninges (quoique !), je suis allé voir ensuite sur les Champs-Elysées, l'excellent western "3H 10 pour Yuma", un remake réussi du film de Denver Daves (1957), un horse-movie - jusqu'au train de 3H 10 -, où nous nous délectons, à travers de superbes scènes dignes des grands westerns, des rapports complexes entre un bandit intelligent et sanguinaire et un fermier droit, courageux et obstiné ! Avec une fin sublime.
 
Mais c'était pas que pour rire... Mais pour l'Histoire !
Tout comme mes reportages tout azimut d'une journée bien remplie !
 
Bonne journée l'Hugolin !

Publié dans [reportages]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article