L'affaire Pierre Etaix

Publié le par caphi

  • ACTUALITE > Vendredi 26 juin 2009 le jugement a été mis en délibéré
    Le contrat scélérat qui tenait les films d'Etaix en otage est déclaré caduque
    La société Gavroche Productions est déboutée de sa demande de versement de 1,4 million d'euros de dommages et intérêts à la Fondation Groupama Gan pour le Cinéma, pour contrefaçon (lire plus bas)
    Ce fut long... mais la justice a finalement triomphé de l'escroquerie !
    Le cauchemar de Yoyo touche à sa fin...
    Pensées et félicitations à Pierre Etaix, Odile, Jean-Claude Carrière et Alain Jomier

Sur le blog de la Cinémathèque Française [lien], Serge Toubiana annonce la bonne nouvelle :
"Le Tribunal de Grande Instance a déclaré ce matin la nullité du contrat qui liait Pierre Etaix à la société Gavroche Productions, ainsi que l'irrecevabillité de la partie adverse contre la Fondation Groupama Gan pour le Cinéma, à laquelle il était reproché d'avoir procédé à la restauration de Yoyo en 2007. Gavroche Productions qui demandait 1,4 million d'euros de dommages et intérêts à la Fondation Groupama Gan, considérant que cette restauration constituait un préjudice à l'exploitation du film, a donc été débouté de ces poursuites. Le TGI a condamné Gavroche Productions à verser dix mille euros de dommages et intérêts à la Fondation Groupama Gan pour procédure abusive. "


Quand reverrons-nous les films  de Pierre Étaix? (18 janvier 2010)
Le 26 juin 2009, la justice redonnait enfin à Pierre Étaix et Jean-Claude Carrière la possibilité d'exploiter librement leurs films.
 
Joie immense !... mais de courte durée :  Gavroche Productions (la société qui prétendait détenir les droits des films de Pierre Étaix) décide de faire appel de la décision de justice. Concrètement, et sans entrer dans les détails de la procédure, le jugement du 26 juin va être réexaminé. Les restaurations, ressorties, exploitations, éditions DVD des films de Pierre Étaix sont définitivement reportées... Pour combien de temps encore ?
 
Un malheur n'arrivant jamais seul, Maître Pierre Reynaud, premier avocat de Pierre Étaix dans cette longue affaire, s'est retourné contre son client et lui demande aujourd'hui plus de 20 000 euros d'honoraires supplémentaires !
 
Le moral, vous l'aurez compris, n'est pas forcément au « beau fixe ». Malgré tout,  on ne vient pas si facilement à bout d'un homme comme Pierre Étaix ! À 81 printemps, il poursuit son chemin, travaillant sans relâche... et c'est pour cela que son cœur bat et que son œil brille !
 
EN SAVOIR PLUS et suivre l'actualité de Pierre Etaix > http://sites.google.com/site/petitionetaix/

A quatre-vingts ans, Pierre Etaix, clown, dessinateur et cinéaste ne pouvait plus montrer ses films !!
Ses cinq longs métrages (dont quatre co-écrits avec Jean-Claude Carrière) étaient totalement invisibles, victimes d'un imbroglio juridique scandaleux qui privait les auteurs de leurs droits et interdisait toute diffusion (même gratuite) de leurs films.
Alors, si comme moi, vous souhaitez comprendre les raisons de ce rapt culturel, visitez ce lien:
http://sites.google.com/site/petitionetaix/

(EN SAVOIR PLUS sur les rebondissements passés de cette affaire et l'actualité de Pierre Etaix en fin de page)
revue de presse
Quand un artiste est dessaisi de ses oeuvres (l'affaire Pierre Etaix)
Le cinéaste Pierre Etaix, débouté par la justice, ne peut restaurer ses films

PARIS (AFP, 29 novembre 2008) — Le TGI de Paris a rejeté vendredi la demande formée par Pierre Etaix et Jean-Claude Carrière, co-auteurs de quatre films réalisés par le premier, de "restaurer et d'exploiter non commercialement" ceux-ci ainsi qu'un cinquième, signé par M. Etaix seul.

Le cinéaste Pierre Etaix, le 28 novembre 2008 à Paris


R
éalisés de 1963 à 1970, ces films sont "Le soupirant", "Yoyo", "Tant qu'on a la santé", "Le grand amour" et "Le pays de Cocagne".

Si le juge de la mise en état reconnaît "l'importance pour le patrimoine cinématographique français des oeuvres en cause", il estime qu'un tel argument est "sans portée" sur le contentieux qui oppose les demandeurs à la société Gavroche Productions, à laquelle ils contestent les droits de ces films.

Il a estimé qu'il ne lui revenait pas de décider d'une telle autorisation, même provisoire, et que le dossier relevait des juges du fond.

L'affaire a été renvoyée à l'audience du 12 décembre, durant laquelle elle pourrait être jointe à un autre dossier opposant Gavroche Productions à la Fondation Groupama GAN pour le cinéma.

M. Carrière et M. Etaix ont entamé une action juridique en décembre 2007 devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Paris, pour contester le contrat de cession de droits de leurs films, détenu par Gavroche Productions.

Ce contrat, proposé à Pierre Etaix par son ancienne avocate, Me Francine Wagner-Edelman, cédait à la société Gavroche Productions, gérée par Alain Wagner, frère producteur de l'avocate, les droits exclusifs de restauration, de représentation et d'exploitation des cinq longs métrages pour le monde entier.

La décision sur le fond pourrait être "rendue au printemps", a indiqué à l'AFP l'avocat de M. Etaix, Me Pierre Reynaud.

Cet imbroglio juridique devra être tranché pour que ces cinq films puissent être exploités, mais aussi que les négatifs de quatre d'entre eux soient restaurés, seul "Yoyo" (1965) ayant été restauré par la Fondation Groupama GAN pour le cinéma.

Gavroche Productions a assigné en contrefaçon la Fondation Groupama GAN pour avoir procédé à cette restauration et avoir présenté le film au Festival de Cannes et au Festival du Cinéma de Paris.

Homme de cirque et dessinateur, amateur de burlesque à l'instar de son ami Jerry Lewis, Pierre Etaix fut l'assistant-réalisateur de Jacques Tati sur "Mon oncle", avant de remporter un Oscar en 1963 avec son court métrage "Heureux anniversaire" co-signé avec Jean-Claude Carrière puis de réaliser cinq longs métrages.

Pierre Etaix, cinéaste aux films invisibles: "je me battrai jusqu'à la mort"

PARIS, 29 nov 2008 (AFP) - 29/11/2008 15h42 - "Je me battrai jusqu'à la mort pour qu'aucun autre auteur ne subisse ce que je vis", affirme le cinéaste Pierre Etaix, dont les oeuvres burlesques, tournées dans les années 60 et admirées dans le monde entier, sont invisibles en raison d'un imbroglio juridique.

Le tribunal de grande instance de Paris a débouté vendredi Pierre Etaix et son co-auteur Jean-Claude Carrière, qui souhaitaient restaurer et exploiter non commercialement les cinq films tournés par M. Etaix de 1963 à 1970.

Dans une action juridique lancée en décembre 2007, tous deux contestent le contrat de cession de droits de leurs films, détenu par la société Gavroche Productions, laquelle n'a jamais exploité ces longs métrages.

Tout en soulignant "l'importance pour le patrimoine cinématographique français des oeuvres en cause", le juge a estimé qu'une telle autorisation devait attendre la décision sur le fond de l'affaire, au printemps.

Pour Pierre Etaix, dont le court métrage "Heureux anniversaire", co-signé avec Jean-Claude Carrière, a remporté un Oscar en 1963, c'est "inadmissible".

"J'avoue que je suis accablé parce que mes films ne peuvent être ni restaurés, ni exploités, alors que des millions de gens les attendent et qu'ils font partie du patrimoine national", a-t-il déclaré à l'AFP.

"J'ai 80 ans, ils savent pertinemment que je n'ai rien d'autre pour vivre, c'est épouvantable. Je le vis très mal", a ajouté M. Etaix, l'un des maîtres du cinéma comique français, aussi clown et dessinateur, grand ami de Jerry Lewis, et qui collabora avec Jacques Tati.

"La justice ne bouge pas, je me désespère, mais je me battrai jusqu'à la mort pour qu'aucun autre auteur ne subisse ce que je vis".

Ce refus du tribunal est d'autant plus incompréhensible, selon son avocat Me Pierre Reynaud, que le cinéaste "ne demandait que le droit de sauvegarder son oeuvre" et avait trouvé un partenaire.

La fondation Thomson propose en effet de restaurer à ses frais les négatifs de quatre longs métrages, "Le soupirant", "Tant qu'on a la santé", "Le grand amour" et "Le pays de Cocagne", seul "Yoyo" ayant à ce jour été restauré par un autre mécène, la Fondation Groupama GAN.

De leur côté, les distributeurs Wild Side et Carlotta ont fait des "offres fermes" pour exploiter les films, et la chaîne Arte souhaite les diffuser lors d'une rétrospective consacrée au cinéaste, selon Me Reynaud.

"Il y a aussi une vraie demande à l'international, au Japon, en Australie et aux Etats-Unis", a précisé Odile Etaix, épouse du cinéaste.

Mise en ligne sur le site lesfilmsdetaix.fr, une pétition a recueilli près de 19.000 signatures, dont celles de Woody Allen et David Lynch.

Le monde du cinéma belge s'est mobilisé le 18 novembre lors d'une soirée de soutien organisée au théâtre de la Toison d'or à Bruxelles.

Ses organisateurs, le journaliste Nicolas Crousse et l'artiste Véronique Navarre, espèrent rassembler le 7e Art français lors d'un événement du même type à Paris, "d'ici le printemps", pour sauver une oeuvre "en état de mort artistique".

Objet du litige, le contrat proposé à Pierre Etaix par son ancienne avocate, Me Francine Wagner-Edelman, cédait à Gavroche Productions, gérée par Alain Wagner, frère producteur de l'avocate, les droits exclusifs de restauration, de représentation et d'exploitation des cinq films pour le monde entier.

M. Etaix espère prouver la nullité d'un document qui, selon lui, aurait été falsifié, des clauses manuscrites ayant été ajoutées après signature.

Pétition Pierre Étaix & Jean Claude Carrière

Cher(e)s ami(e)s,

Voici un TEXTE à faire circuler de toute urgence pour aider deux grands artistes à retrouver leurs droits !

Pierre Etaix, clown, magicien, dessinateur et cinéaste de génie est l'un des derniers dépositaires de la tradition burlesque telle qu'elle s'est construite sous l'impulsion de Buster Keaton puis de Jacques Tati dont il fut l'un des plus proches collaborateurs. Dans les années 60, Pierre Etaix réalisa cinq longs-métrages dont quatre, co-écrits avec son ami Jean-Claude Carrière.

Aujourd'hui, à bientôt 80 printemps, Pierre Etaix ne peut plus montrer ses films !!! Pourquoi me direz-vous?

Et bien tout simplement parce qu'un imbroglio juridique insensé prive les auteurs de leur droits et interdit toute diffusion (même gratuite) de leurs films.
Cette situation est inacceptable car elle condamne à l'oubli cinq longs métrages qui comptent parmi les plus originaux du cinéma français.

Comme Woody Allen, Jacques Bonnafé, Arturo Brachetti, Cabu, Leslie Caron, Eugène Chaplin, Charlélie Couture, Louis Chedid, Jérôme Deschamps,  Christophe Malavoy, Franck Margerin, Daniel Mesguich, François Morel, Michel Gondry, Gotlib, François Hadji-Lazaro, Mathieu et Peter Kassovitz, Macha Makeïeff, Michel Piccoli, Anna Prucnal, Charlotte Rampling, Claude Rich, Claire Simon, Bertrand Tavernier, Philippe Torreton, Luce Vigo, Jaco Van Dormael, Lambert Wilson ainsi que des centaines d'artistes et de cinéphiles,
manifestez vous aussi votre soutien à Pierre Etaix et Jean-Claude Carrière en signant la pétition en ligne accessible soit depuis le site :

www.lesfilmsdetaix.fr
www.ipetitions.com/petition/lesfilmsdetaix

Enfin une bonne nouvelle !! (25 mai 2009)

Puisqu'il ne peut plus montrer ses films, Étaix écrit (des textes) !!

Voici donc le dernier opuscule de Pierre Étaix paru aux éditions du Cherche Midi: vingt textes drôles, touchants, poétiques, énigmatiques, pathétiques, élastiques, électriques et inédits qui, pour 7 euros toutes taxes comprises, feront un excellent remède à la sinistrose ambiante.

Pour plus d'infos ou pour découvrir quelques extraits:

http://sites.google.com/site/petitionetaix/

 

Autres nouvelles:

Les statuts de l'association "Il Étaix une fois" ont été déposés en préfecture. Nous attendons l'enregistrement officiel pour vous communiquer, lors d'une prochaine lettre, les statuts, les projets etc...

Plus d'informations sur l'association à cette adresse:

http://sites.google.com/site/petitionetaix/l-association-il-etaix-une-fois

 

Pour celles et ceux qui n'ont pas pu assister à l'audience du 15 mai , audience dont le verdict scellera le sort des films de Pierre Etaix, vous pouvez visiter le blog de Tilly et lire son excellent compte-rendu ici:

http://tillybayardrichard.typepad.com/le_blogue_de_tilly/2009/05/jy-.html

 

Pour tout renseignement, suggestion ou contact:

lesfilmsdetaix@gmail.com

Et maintenant un appel !!

IL y a vraiment URGENCE

Après Pierre Etaix, encore un grand artiste dont le patrimoine artistique est en très grand danger !!

Mardi 26 et mercredi 27 mai, salle des ventes Drouot-Richelieu à Paris, la mémoire et les archives du Mime Marceau risquent d'être dispersées à tout jamais !

Il est encore temps d'agir, mais il faut faire vite, très vite.

Pour signer la pétition (c'est gratuit et indispensable !!) ou participer à la sauvegarde de ce patrimoine unique, visitez cette adresse:

http://www.unmuseepourbip.com/Accueil.html

Par avance merci

Publié dans [aux Arts et caetera]

Commenter cet article

tilly 28/06/2009 12:09

Bonjour Caphi, vous aviez eu la gentillesse de mettre un commentaire chez moi à propos de l'oeuvre "invisible" de Pierre Etaix. Voici les dernières nouvelles, elles sont bonnes !- ce vendredi 26 juin c'était l'annonce du jugement mis en délibéré...HAPPY END!- le contrat scélérat qui tenait les films d'Etaix en otage est déclaré caduc- la société Gavroche Productions est déboutée de sa demande de versement de 1,4 million d'euros de dommages et intérêts à la Fondation Groupama Gan pour le Cinéma, pour contrefaçon...- et est obligée de verser 10 000 euros de dommages et intérêts à la Fondation, pour procédure abusive- ce fut long... mais la justice a finalement triomphé de l'escroquerieLe cauchemar de Yoyo touche à sa fin...Pensées et félicitations à Pierre Etaix, Odile, Jean-Claude Carrière et Alain Jomier

tilly 26/05/2009 09:47

Merci Caphi pour votre message chez moi. Le 15 mai, Pierre Etaix portait le blazer jaune de la photo de votre article. Je l'ai vu souvent aux concerts de son ami Marcel Zanini (une fois par mois au Petit Journal St Michel), il portait le meme blazer, mais rouge !Rendez-vous le 26 juin pour un denouement que l'on souhaite heureux ;)