Ingrid Bétancourt libérée. Et après ? (revue de presse, reportages, réactions des internautes)

Publié le par caphi

(mise à jour régulière - dernière en date 27 juillet 2008)

Ingrid Betancourt accueillie par sa mère Yolanda Pulecio et son mari Juan Carlos Lecompte à sa descente d'avion le 2 juillet 2008 à Bogota 
(photo AFP)

 sommaire  ------------------------------------------------------

. [vidéo] Les 26 autres otages "échangeables" de Colombie
. [Point de vue
] Betancourt : les nouvelles propagandes  (Libération)
. [Polémique] Les internautes en colère contre Betancourt (L'Express)
. Nouveaux éléments sur la libération d'Ingrid Betancourt (Mediapart)

. [reportage] Rassemblement du bonheur à Paris pour célèbrer la libération d'Ingrid Betancourt
  (AFP et France 24 et caphi)
. Ingrid Betancourt libre, les Farc en échec (Courrier International)
. Betancourt : Un simulacre? (Radio Suisse Romande / JDD)
. L'armée colombienne diffuse la vidéo de la libération
. Sur les blogs, les réactions des internautes (Dailymotion - Liberation.fr - Le Figaro - Causeur - Marianne - Mediapart)

Revue de presse  ------------------------------------------------------


[Point de vue] Betancourt : les nouvelles propagandes par Daniel Schneidermann, Libération, lundi 7 juillet 2008

On pensait avoir définitivement basculé dans le conditionnement moderne, c’est-à-dire nappé du sucre glace de la religiosité. Processions pour la délivrance de l’héroïne, tee-shirts immaculés, rollers, lâchers de colombes, angelots, chorales, ballons, portraits géants aux frontons des mairies. Et après la résurrection, émotion obligatoire devant les retrouvailles familiales, la maman, les enfants, les deux maris, génuflexion devant les «orgies de baisers» des retrouvailles, prosternation collective. Ainsi la France entière, shootée aux photos du bonheur et aux flashes spéciaux, a-t-elle dû subir les scènes pieuses du retour de sainte Ingrid. Ainsi a-t-on entendu un journaliste de France Info, dans la liesse universelle, supplier la libérée d’accepter par avance le prix Nobel de la paix. Et l’ostentation-surprise, par l’otage délivrée, d’une foi proprement chrétienne (avec chapelet, et prière surprise sur le tarmac) ne fut que l’un des adjuvants du spectacle.

On pensait avoir basculé dans cette propagande-là, celle qui n’interdit plus rien, celle qui a laissé ses ciseaux au vestiaire, celle qui ne se donne plus la peine de mentir ou de cacher, puisque sourire, trembler de bonheur et pleurer de joie devant les caméras sont tellement plus efficaces. Mais stupeur ! Dans le tsunami modernissime de la libération d’Ingrid Betancourt, sont venues se glisser, aussi, quelques gouttes d’archaïque propagande.

Reprenons. L’ostensible combat pour cette libération fut l’un des tout premiers de Sarkozy, à peine élu. Réussir où Villepin et Chirac avaient échoué lui était, comme toujours, une motivation première. Toutes les voies de possibles négociations avec les Farc, notamment par l’entremise de Chávez, furent explorées. On proposa d’accueillir en France d’éventuels repentis guérilleros. De longs mois durant, Sarkozy et les Betancourt sommèrent Uribe de composer avec les preneurs d’otages. Interview après interview, ils avaient presque réussi à imposer l’idée que le co-ravisseur d’Ingrid était, tout bien pesé, Uribe lui-même. Et soudain, surprise ! C’est Uribe qui l’emporte, en mêlant force et ruse (tout au moins, jusqu’à remise en cause éventuelle de la version officielle). Aucune importance : à peine cette libération connue, des sarkolâtres plus dévots que Sarkozy lui-même accourent devant les caméras expliquer qu’il y est pour tout. Tous les arguments sont bons.

Sur le site du Figaro, le directeur adjoint de la rédaction, Yves Thréard, assure (en exclusivité mondiale) que c’est bel et bien la carte Chávez, jouée par Sarkozy, qui a abouti à la libération de Betancourt. Christophe Barbier, directeur de L’Express, l’organe central du carlabrunisme, se surpasse sur le plateau de LCI : «Quand Sarkozy se donne un objectif suprême, rien ne l’en détourne jamais. […] Sa mobilisation personnelle a participé de la mobilisation collective. Ça a bougé les lignes au niveau international. Et voir cette mobilisation collective de la France derrière son président, c’était bon pour le moral d’Ingrid Betancourt, et ça n’a pas de prix, grâces en soient rendues à Nicolas Sarkozy.» Le même jour, sur le même plateau, il somme Bertrand Delanoë : «Betancourt et sa famille ont remercié hier le président Sarkozy. Reconnaissez-vous que sa mobilisation personnelle a accéléré le jeu diplomatique ?» Seule à oser une note discordante, Ségolène Royal est lynchée en place publique par la machine TF1. «Ça tue la polémique de Ségolène Royal !» s’exclame par exemple en direct le commentateur de TF1, François Bachy, aussitôt après le discours (étincelant d’intelligence et d’habileté) de Betancourt à l’aéroport de Villacoublay.

Déjà, dans les premières heures de la libération de l’otage, le site du Figaro avait tout bonnement… diffusé une vidéo tronquée des remerciements de Betancourt, au saut de l’avion, escamotant ses remerciements à Chirac et Villepin, pour ne laisser que l’hommage à Sarkozy.

On pensait tournée la page de l’ORTF. Qu’aucun retour en arrière n’était plus possible. Que nos lavages de cerveaux prendraient désormais les couleurs avenantes de l’émotion.

Mais les chemins de la propagande n’en finissent pas de surprendre. La particularité de l’époque, c’est l’étonnante coexistence des deux techniques, l’ancienne et la nouvelle, celle qui mobilise l’émotion et celle qui efface les dissidents de la photo. Comme s’il fallait au message mettre toutes les chances de son côté. La grand-messe unanimiste ne suffit plus. Il faut encore prendre soin d’étouffer, activement, les dissonances. Comme si les servants, pourtant aux manettes d’une sono assourdissante, craignaient encore, étrangement, de ne pas être entendus.


Le dossier de la libération d'Ingrid Bétancourt dans Libération

[Polémique] Les internautes en colère contre Betancourt

La libération d'Ingrid Betancourt est-elle seulement une bonne nouvelle? A en croire les commentaires sur le Web, très majoritairement négatifs, parfois d'une déconcertante violence, y compris à l'encontre de l'ex-otage, rien n'est moins sûr.


Par Eric Mettout, L'Express, 08/07/2008

17 commentaires pour cet article sur le retour en politique d'Ingrid Betancourt. Pour certains autres, on a frôlé les 300. (DR)

A croire qu'ils l'auraient préférée exsangue. Appelés sur les sites d'information à commenter la libération d'Ingrid Betancourt, nombre d'internautes se réjouissent sans réserve, d'autres marquent leur scepticisme, leur exaspération, voire une franche hostilité. Sur le Web, ces réactions négatives sont devenues majoritaires au fil des jours et des directs à la télévision.

Premier objet de cette colère, ce qu'un lecteur de LEXPRESS.fr appelle le "matraquage médiatique" ne passe pas. On soupçonne une "manipulation". On dénonce le "show hollywoodien". On se demande pourquoi les autorités et les journalistes accordent à l'ex-otage une telle attention alors que des
"centaines de Français" (!) seraient également retenus à l'étranger. La réponse, en forme de point d'interrogation: "Si elle n'était pas fille de diplomate, ex-femme de diplomate, amie de Chirac et de Villepin, l'Etat se serait-il donné autant de mal?" Pendant ce temps-là, personne n'aide le Français moyen à "mettre de l'essence dans sa voiture". Pis, le "contribuable" va devoir "régler la note" des différentes opérations diplomatiques et militaires, des agapes et, ce qui choque le plus, de l'Airbus diligenté par Nicolas Sarkozy à Bogota pour rapatrier Betancourt.17

Soupçonné de récupération, le chef de l'Etat n'est pas épargné. Dans l'ombre du "grandiose spectacle", n'en profitera-t-il pas ensuite pour "faire passer ses lois"? Plus étonnantes, souvent blessantes, les attaques contre Ingrid Betancourt elle-même: trop bavarde, trop en forme après six ans et demi de captivité, pas tout à fait française, divorcée mais évoquant Dieu, elle a "cherché et trouvé les ennuis" en se jetant dans la "gueule du loup des Farc". Certains de ces commentaires sont odieux. Ils reflètent une réalité que les "élites", unanimes à célébrer le happy end, ne peuvent ignorer.  (source : L'Express)

> LIRE AUSSI en fin de page les réactions d'internautes sur différents sites d'information

"Les médias ont besoin d'informations positives. L'importance donnée à cette bonne nouvelle [la libération d'Ingrid Bétancourt] est surtout due au fait que c'est une bonne nouvelle. Les médias devraient d'ailleurs systématiquement introduire des informations positives (...) qui montre des gens courageux, des solidarités de génération. Les médias ne parlent que du négatif. Et comme ils en font trop d'un côté, ils en rajoutent de l'autre, à l'image du cas Betancourt. Cette vision trop étroite résulte d'une trop grande proximité avec le politique, d'une trop grande consanguinité. Il n'y a plus d'altérité." (Dominique Wolton , sociologue des médias et directeur de recherche au CNRS dans Le journal du Dimanche du 9 juillet) > LIRE l'interview en entier

Nouveaux éléments sur la libération d'Ingrid Betancourt
D
e nouveaux éléments viennent fragiliser un peu plus la version officielle, défendue par les autorités colombiennes, des conditions de libération d'Ingrid Betancourt. Alors que sont évoqués les rôles d'un négociateur suisse ou d'un intermédiaire français, ainsi que divers montants de "rançon", Mediapart a obtenu des informations supplémentaires sur le lent processus de négociation qui a permis les libérations d'otages. La saisie des ordinateurs portables de Raul Reyes, ex-responsable des FARC tué le 1er mars, a permis d'accéder au système de communication des différents groupes des FARC. A partir de là a pu être engagée sur le terrain l'opération de libération... . LIRE l'article du 7 juillet 2008 de
 Claude-Marie Vadrot sur Mediapart (sur abonnement)

[reportage] Rassemblement du bonheur à Paris pour célèbrer la libération d'Ingrid Betancourt

La France célébrait jeudi la libération en Colombie d'Ingrid Betancourt avec l'espoir d'accueillir rapidement l'ex-otage, qui a été au coeur d'une mobilisation exceptionnelle dans tout le pays, du sommet de l'Etat jusqu'aux plus petits villages.

Un "rassemblement du bonheur" 
a été organisé devant le parvis de l'hôtel de ville de Paris
, où la photo d'Ingrid Betancourt a été déployée pendant des années...


Manifestation  joyeuse en musiques et en chansons après la libération d'Ingrid Bétancourt en présence du comité de soutien (à l'accordéon : Zouzou Thomas*) - parvis de l'Hôtel de Ville de Paris par caphi
*Zouzou Thomas, son site >  
www.myspace.com/zouzouthomas


En plus de six ans, Ingrid Betancourt est devenue en France une icône, un symbole du drame des otages dans le monde.
Elle a suscité la mobilisation de nombreux artistes, associations, personnalités de tous bords et citoyens ordinaires.

Le portrait de l'otage avait été affiché au fronton de très nombreuses mairies, qui en avaient fait leur citoyenne d'honneur. Eygalayes, un village de 75 habitants dans la Drôme (sud-est), avait même rebaptisé sa place centrale du nom d'Ingrid Betancourt.

En début de semaine, son portrait avait été hissé au Mont Blanc, le plus haut sommet des Alpes.

Les enfants d'Ingrid Betancourt, Mélanie et Lorenzo Delloye, qui avaient 16 et 13 ans lorsqu'elle a été enlevée en février 2002, étaient devenus le fer de lance de la mobilisation.

Deux comités de soutien ont multiplié les opérations --marche blanche, [> voir mon reportage "La Marche Blanche pour INGRID BETANCOURT à Paris"] concerts, pétitions, déclarations-- mobilisant sans relâche l'attention des médias et de tout un pays. (d'après AFP)

Paris célèbre la libération d'Ingrid Betancourt > LIRE / VOIR le reportage de France 24 du jeudi 03 juillet 2008


COLOMBIE •  Ingrid Betancourt libre, les Farc en échec
La spectaculaire libération d'Ingrid Betancourt, qualifiée par elle-même d'"opération parfaite" de l'armée, est applaudie par toute la Colombie. La plupart des éditorialistes se demandent si ce coup porté aux FARC annonce la fin de l'interminable guerre colombienne et s'inquiètent du sort des otages qui restent.
source : Courrier international

voir la galerie
d'images
La nouvelle de la libération d'Ingrid Betancourt, le mercredi 2 juillet, après plus de six ans de captivité dans la jungle aux mains des FARC, a pris par surprise toute la presse colombienne. Sur la vidéo de la conférence de presse du ministère de la Défense annonçant la libération de la célèbre otage et de quatorze de ses compagnons, on entend ainsi un bruyant "oh" de surprise de l'assistance. Et, évidemment, la photo d'Ingrid et de sa mère se retrouvant, émues, sur le tarmac de l'aéroport militaire de Bogotá est étalée sur tous les journaux.

"Les mots manquent pour décrire ce qu'a produit la nouvelle annoncée mercredi après-midi par le ministre de la Défense Juan Manuel Santos et pour exprimer les remerciements des citoyens envers les membres des forces armées pour ce qui a été sans doute une opération stratégique sans équivalent dans la bataille de l'Etat contre les FARC, qui a culminé avec le sauvetage d'Ingrid Betancourt, des trois Américains ainsi que de onze policiers et militaires qui étaient en train de mourir dans la jungle aux mains de leurs bourreaux", écrit
El Espectador.

"Ce pays est incroyable", renchérit dans son éditorial Rodrigo Pardo, le directeur de l'hebdomadaire
Cambio : "En quelques minutes, nous sommes passé d'un des moments les plus critiques d'incertitude institutionnelle à la plus grande euphorie que nous ayons connue depuis longtemps." Ce coup-là est le plus dur jamais porté aux FARC. [...] Cette fois-ci, ils n'ont plus d'oxygène."

Pour
El Tiempo, quotidien de Bogotá proche du gouvernement, "la Colombie se souviendra toujours de l'image d'Ingrid Betancourt, des sept militaires et des quatre policiers descendant de l'avion des forces armées qui les avait conduits vers la liberté".

Tous les quotidiens soulignent l'incroyable opération d'infiltration qui a permis de libérer ces quinze otages : "Le sauvetage parfait", titre l'hebdomadaire
Semana dans son édition spéciale. "Une opération 100 % colombienne", assure le ministre de la Défense, cité par El Tiempo.

"Cette libération a provoqué une intense jubilation nationale. On aurait du mal à trouver un Colombien que cette nouvelle n'ait pas rendu profondément heureux. Il y a eu des coups de sifflet, des applaudissements et des larmes de joie dans tous les lieux publics et d'innombrables réactions venues de tous les horizons politiques", constate El Tiempo.

Au-delà de l'émotion, tous les éditoriaux soulignent le "coup" mortel infligé aux FARC, s'inquiètent du sort des vingt-six otages "échangeables" – vingt-trois militaires et trois personnalités politiques – qui sont encore aux mains des FARC et soulignent, tel El Espectador, "l'opportunité pour la paix" que cette libération spectaculaire pourrait entraîner.

Betancourt : Un simulacre?
Coup de tonnerre dans le ciel bleu entourant la libération d'Ingrid Betancourt? La Radio Suisse Romande (RSR) affirme en effet que la libération de la Franco-colombienne et de quatorze otages aux mains des Farc aurait été négociée pour 20 millions de dollars. "Les 15 otages ont en réalité été achetés au prix fort, après quoi toute l'opération a été mise en scène", indique la radio...
LIRE [Lejdd.fr]

Pour couper court à ces informations, l'armée colombienne a diffusée la vidéo de la libération...


Libération d'Ingrid Betancourt dans la jungle envoyé par hopto

Toutefois, cette diffusion laisse sceptique nombre d'internautes...

Sur les blogs...
> Commentaires sur la Video Ingrid Betancourt : "C'est un miracle !" sur Dailymotion

 "Déjà, la censure commence... sur FRANCE INFO. En effet, ici, ICI , on voit une vidéo d'Ingrid parlant français, remerciant Sarkozy... et uniquement Sarkozy. Seulement voilà, si France info avait fait son VRAI boulot de journalisme, (et si le petit Nicolas n'avait pas les médias à sa botte) ils n'auraient pas coupé le passage ou Ingrid remercie AUSSI Chirac et De Villepin. Hallucinant." [par Degtiar sur Ingrid Betancourt : "C'est un miracle !"]

"De la a faire la une de tout les journaux et de tout les magazine francais... c'est vraiment de la récupération médiatique et politique. On veut créer des héros pour remonter le moral des francais... [JohnNada, 5 juillet]
 
"Ce qui me dérange c'est l'injustice flagrante dans le traitement médiatique des autres personnes dans le même cas." (...) "Pourquoi on parle si peut des Kurdes, des mongs, des guerres meurtrières des grands lacs (on fait même pas mention du génocide rwandais en cours d'histoire), des touaregs, de toute ces ethnies au quel on bafoue les droits, de tout ces miséreux réduit en esclavages, de ces enfants privés de leur vie... non pas un mot rien qu'un SILENCE ASSOURDISSANT. Pas médiatique. Pas d'émotion. Je suis heureux pour bétancourt mais je vis une cassure invisible en moi." [manafire, 5 juillet]
 
"BETANCOURT : SUCCES MEDIATICO-COMMERCIAL
Epopée mondaine, sa libération -anecdotique- ne nous concerne pas.
Les médias ont pris en otage des millions de gogos captivés artificiellement avec leurs méthodes habituelles de manipulations des esprits. Après l'embrigadement des esprits, l'adoucisseur larmoyant destiné à faire écouler le récit de la captivité de Bétancourt : excellent coup d'édition que les petits Machiavels de la presse devaient préparer depuis longtemps.
Bétancourt est une invention médiatique à but lucratif en sens large du terme : faire tourner la machine à "news".
L'exploitation éhontée de l'affaire fait bêler les populations dociles, détourne leur attention, les fait penser à autre chose qu'à l'essentiel. Les journalistes sont des charognards prêts à toutes les manipulations pour se sentir exister, tirant profit des causes les plus "flatteuses" pour ennoblir la profession à bon compte. [Raphaeldeizarra, 5 juillet]
 
"Dans le monde, par année, 5 français meurent en moyenne suite a un statut d'otage ou en tant que prisonnier dans des centres de rétention miteux de pays asiatiques et africains. Ces français, ont ne les pleure pas, le président ne se déplace pas quand on rapatrie le corps. Non, les hautes sphères de l'état s'en fichent pour la bonne et simple raison que ce sont des français moyens, des gens qui n'ont pas d'amis hauts placés. C'est dommage ...
Mais à l'image de Florence Aubenas, ce nuage médiatique va passer et on en reparlera plus." [
max91360, 5 juillet]


Après la diffusion par l'armée colombienne de la vidéo de la libération des otages (VOIR plus haut), beaucoup d'internautes semblent encore sceptiques...

faux

cette vidéo est bien la preuve que toute cette opération est une mise en scène... manipulation d'opinions (vcomrouge , samedi 05 Juillet 2008 - 10:39)
 
La preuve par a + b
La présence de cette caméra est le signe le plus évident de la grosse manipulation médiatique qui n'enlève rien bien entendu au bonheur de voir Ingrid Betancourt libre ! Quant à l'analyse qu'en fait Ingrid, elle n'est peut-être pas la mieux placer pour en juger. Exemple, le commando aurait pu ne pas être mis au courant de l'accord conclu avec les représentants des FARC afin de rendre plus efficace son action. (TFjungle , samedi 05 Juillet 2008 - 10:25)
 
Le hasard fait bien des choses
Si Washington dément cela veut dire qu'il y'a eu rançon ! Comme par hasard Mc Cain etait présent en Colombie le jour de libération , que Bush était au courant avant les autres . Comme par hasard les otages libérés sont ;Betancourt , trois américains et des soldats colombiens . Comme par hasard , il n'y a pas un seul pauvre citoyen colombien parmi les libérés . (radmo, samedi 05 Juillet 2008 - 10:42)
 
RAS LE BOL
Ras le bol de cette demi mondaire a qui Neuilly fait les yeux doux... des beaux quartiers de Bogota dont la famille Betancourt (l'une des cinq ou dix gamilles d'oligarques qui se partagent la Colombie depuis sa colonisation...) soutenue par une armee bien facho et les USA en toile de fond... donc ras le bol de cette attention particulièrement indecente faite à celle qui s'est mise avec delectation (son destin.. ??!!) dans la gueule du loup pour faire un pied de nez a l'epoque a un autre oligarque lui au pouvoir, Pastrana... De là a en faire une heroine du Pantheon francais, (....)  Etes vous aller Mrs Kouchner, Zarkozy, Lecompte, Delloye jouer du couteau dans les banlieues de Cali, Cartagene, Medellin, Baranquilla... ? Etes vous aller voir crever les pecheurs et paysans de la Cienaga sur le baraques en pilotis qui s'enfoncent dans la mer...? ets vous aller rencontrer les indiens shootes de la Guajira et de Maicaio qui joue avec des M16 comme on joue aux billes... etes vous aller voir les expatries americains moitie business men, moitie barbouzes qui depecente le pays de ses matieres premieres (charbon, petrole..) et ce avec la protection des miradors de l'armee d'Uribe ... Allons un peu de decence et remballer les godiches, Carla et les autres. Merci pour nous.  (ALAIN , samedi 05 Juillet 2008 - 10:35)

"Ce qui ma le plus choque c'est INGRID qui vient de passer 6 ans dans la jungle coupe de tous et qui a des certitudes sur tout meme sur SARKO...punaise c'est fort ca quand meme. (commentaires de Alan061 sur le site de Liberation.fr, Samedi 05 Juillet 2008 - 10:51)
 
un peu de professionnalisme !
"Messieurs les journalistes, (...) une fois de plus en vous faisant les aboyeurs de la pensée unique et... de notre ineffable président, prompt à se ruer au devant de toute caméra de télévision en se ridiculisant chaque jour d'avantage, vous vous discréditez encore un peu plus  [vous] devriez accomplir un travail d'investigation et ainsi dévoiler au public les dessous pas clairs du tout de cette affaire !  (robert, samedi 05 Juillet 2008 - 10:09)
(source liberation.fr)

Sur le site du Figaro :
 
"Je trouve la réaction de M. Dominique de Villepin très digne.
Il ne s'est pas précipité dans les médias pour clamer son amour à Ingrid,
Il a agi en tant que 1er ministre sans sur-médiatisé ses efforts,
Il a répondu a un journaliste qu'il "n'y avait pas de mots" comme réaction rien de plus. Et je remarque que si Sarkozy a une tendance à attraper Betancourt dans ses bras (voir les photos), c'est plutôt elle qui va en direction de Villepin. Voila ce qu'est de l'amitié sincère et non de la mise en scène médiatique"  [baba_au_rhum75, 7/07/2008] 
 
"Je salue cette dame, mais je suis contre tout ce tapage médiatique, ridicule. Cela ne peut que nuire. Désormais, qu'elle écrive un livre sur elle, ça sera tellement plus instructif et au moins on évitera tout ce tapage arrivé à la saturation." [casquette, 7/07/2008] 
 
"Et le cirque continue ! Que cette dame goûte sa liberté retrouvée ,tout le monde s´en réjouit pour elle, mais que l´agité de l´Elysée lui décerne la Légion d´Honneur ! S´il ne la confère pas non plus à tous les anciens et futurs òtages il apparaîtra plus clownesque que jamais ! Mr Fillon devrait s´inquiéter, à la prochaine "bronca" du Président, on ne peut pas écarter que cette dame ne soit nommée à sa place ! Ce quinquennat terminera très mal !" [Michael de Madrid, 7/07/2008 09:47]

Sur le site de Causeur : "Le manque d’esprit critique dans notre société médiatique me sidère. Cette histoire est pleine de bizarreries que nul ne soulève sérieusement (sans doute de peur de blasphémer en face de la liesse collective organisée autour de cet événement). Mme Betancourt était présentée il y a quelques mois comme quasiment mourante. Sa vie ne tenait qu’à un fil et tout était une question de jours, voire d’heure. (...) Voilà Mme Betancourt libérée, en pleine forme. (...) Il faut admettre que Mme Betancourt est une miraculée (sans vouloir diminuer les mérites du caporal Perez !). L’on comprend sans peine sa conversion spectaculaire. Que l’on ne se méprenne cependant pas. Je me réjouis de la santé de Mme Betancourt et je ne sous estime en rien les souffrances qu’elle a endurées tout au long de sa captivité. Je pense toutefois que certaines incohérences devraient être mises en lumière par des journalistes dignes de ce nom. Ces incohérences mériteraient quelques investigations poussées. Après tout, n’est-ce pas leur métier ? [David • 06.07.08]

Sur Mediapart : "Ah, voici éclairée la phrase surprenante de Nicolas Sarkozy, alors qu'il confirmait la libération d'Ingrid Betancourt: " Naturellement, la France est prête à accueillir tous ceux qui accepteraient de renoncer à la lutte armée".
Dans l'euphorie générale, la précision était presque passée inaperçue. Nicolas Sarkozy en crise de mansuétude ? Surprenant de la part d'un président qui depuis un an, penche systématiquement pour les solutions et les lois les plus sécuritaires.
Or, les FARC, tout de même, entre meurtres, enlèvements, et trafic de drogue, exigent énormément de mansuétude.
Ou bien Nicolas Sarkozy ne faisait-il que confirmer "sa part" dans la libération d'Ingrid Betancourt, pas la plus facile à vendre à son électorat.
Néanmoins, hier après-midi, 18h30, place du Palais Royal, c'est à dire devant le Conseil d'Etat, cette phrase n'avait échappé à personne: tous ceux qui se réunissent là chaque jeudi pour demander l'application de la clause humanitaire à Marina Petrella, ancienne des Brigades rouges menacée d'extradition ( condamnée pour des faits remontant à plus de 25 ans).Tous l'avaient remarquée, cette phrase.
De Monseigneur Gaillot à Oreste Scalzone.
Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des Droits de l'homme, a parfaitement résumé la situation:
- nous nous réjouissons tous de la libération d'Ingrid Betancourt.
- une fois n'est pas coutume, nous avons applaudi Nicolas Sarkozy en l'entendant renouveler son offre d'hospitalité aux Farc, avec les mêmes mots que François Mitterrand, autrefois, à l'adresse des ex-militants italiens.
- A travers l'histoire, en effet, il faut parfois trouver une issue au terrorisme, aux situations politiques meurtrières et conflictuelles, en passer par le pardon.
- Bien entendu, cette France si généreuse envers les Farc ne saurait extrader une femme de plus de cinquante ans , assistante sociale et vivant on ne peut plus légalement en France depuis 1992.
- Sauf s'il fallait envisager - terrible hypothèse - des droits de l'homme et des pardons à géométrie variable selon les petits arrangements politiques, on prend les Farc ( et sûrement pas la piétaille) , on rend les Italiens. Dans ce cas, ce serait seulement particulièrement honteux.
Merci pour cet article, si rapidement informé, Claude-Marie Vadrot, il y a matière à réflexion.." [
Libération d'Ingrid Betancourt: ce que ne dit pas la version officielle | Mediapart]

Dans Marianne, Lila, mariannaute, nous prédit des semaines estivales bien remplies, des exploits d'Ingrid Betancourt à tout âge eu passant par des sondages plus favorables à Sarkozy. Vivement la plage! (...)  On va en bouffer de la libération et de l'autosatifaction sarkozienne, tiens d'ailleurs, j'ai déjà une prédiction à vous livrer : les sondages vont remonter pour Sarkozy.
Allez la France, on va vous raconter de belles histoires ces prochains jours, vous pouvez retomber dans votre profond coma. ["
Ingrid, la nausée..." dans Marianne, dimanche 06 Juillet 2008]

changer le monde
Il était temps qu'on la libère. Ceci dit, question changement, Les jeux olympiques vont bientôt remplacer Ingrid dans les médias, tout comme elle remplace la Birmanie... tiens, ça vous dit quelque chose ça, la Birmanie ? (Victor K , samedi 05 Juillet 2008 - 00:43)
(source
liberation.fr)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article