[COUP de COEUR CINE] "Comme une étoile dans la nuit" de René Feret

Publié le par caphi

"Comme une étoile dans la nuit" de René Feret, mon dernier COUP de COEUR

Ma critique : Un "drame optimiste" joué par des comédiens remarquables de justesse. Une oeuvre lumineuse à ne pas laisser passer.

****Comme une étoile dans la nuit de René Féret (France, 1H30) avec Salomé Stévenin, Nicolas Guiraud. Alors qu'Anne et Marc ont décidé d'avoir un enfant, Marc découvre qu'il est atteint de la maladie de Hodgkin. Le dernier film de René Féret, qui en 1975 avait remporté le Prix Jean Vigo avec "L'histoire de Paul", et qui en 2007 avait signé "Il a suffi que Maman s'en aille..." avec Sagamore et Salomé Stévenin.
 
Critiques choisies : "René Féret raconte « un amour qui fait échec à la tristesse et à la peur de la mort », en opposant à la fatalité de la maladie la plénitude de l'instant présent, intensément vécu. Grave, passionnée, volontaire, Salomé Stévenin porte le film à un haut degré d'incandescence." [Le Figaro] "« Grandir la mort grâce à l'amour » - et l'amour grâce à la mort." Le film est dur et émouvant non parce que les personnages principaux pleurent, mais parce qu'ils sourient, rient et acceptent. (...) Féret sait où il va : à la beauté. Parce qu'enfin, en accompagnant fait par fait, pas à pas, ses personnages incorruptibles, Féret fait un film d'amour fou. Un film d'amour fou à la française, où la force du surréalisme naît d'un récit analytique, factuel et quotidien. [Chronicart.com]
 
MES COUPS de COEUR : Comme une étoile dans la nuit de René Féret, "drame optimiste" joué par des comédiens remarquables de justesse, The Visitor de Thomas McCarthy, dénonçant l'inhumaine politique des Etats-Unis vis-à-vis de ses immigrés clandestins, Séraphine de Martin Provost pour la prestation de Yolande Moreau en domestique et peintre devenue "folle", Entre les murs de Laurent Cantet, joutes oratoires souvent drôles et surtout instructives sur l'école, Gomorra de Matteo Garrone, démonstration réussie d'une descente aux enfers d'un système, Wall-E, dernière production des studios Pixar, film d'animation poétique, écologique et humoristique,Valse avec Bachir, le film d'animation de l'israëlien Ari Folman, véritable réquisitoire contre la guerre, Eldorado road-movie déjanté du belge Bouli Lanners, La capture, danse macabre autour de la violence conjugale de la québécoise Carole Laure, Soap "véritable hymne à la tolérance et la différence" réalisé par la danoise Pernille Fischer Christensen, Ulzhan, le horse-movie initiatique de Volker Schlöndorff, Les toilettes du pape, la comédie amère d'Enrique Fernandez et César Charlone, There will be blood, le chef d'oeuvre de Paul-Thomas Anderson, Into the Wild, le dernier film lyrique et bouleversant de l'acteur et cinéaste américain Sean Penn, Paris, la déclaration d'amour de Cédric Klapisch à la capitale, Elle s'appelle Sabine, le documentaire touchant de l'actrice Sandrine Bonnaire sur sa soeur austiste et La guerre selon Charlie, la comédie géopolitique de Mike Nichols font partie de mes derniers COUPS de COEUR.

En savoir plus dans
les Paris de caphi: [les NOUVEAUX FILMS en salles - Ma SELECTION]

Publié dans [cinéma]

Commenter cet article