SAINT-VALENTIN • Les fondamentalistes pètent les plombs

Publié le par caphi

 
Revue de presse
Des extrémistes religieux à travers le monde dénoncent la fête des amoureux et s'insurgent contre sa célébration dans leurs pays. De l'Inde à l'Egypte, en passant par le Pakistan, voici un florilège de leurs agissements.  (Courrier international, 13 févr. 2009)
"Le consortium des femmes libérées, allumeuses et allant dans les bars" s'est assigné une mission pour la Saint-Valentin·: aller dans les pubs et envoyer des centaines de culottes roses aux membres de l'Armée du seigneur Ram.
DR
A l'occasion de la Saint-Valentin, les conservateurs religieux hindous ont prévu de marier de force les couples d'amoureux. Cet acte s'inscrit dans la ligne des brutalités dont ont été victimes cinq filles, le 24 janvier, à Mangalore, dans le sud de l'Inde. Les assaillants, appartenant à l'Armée du seigneur Ram, ont battu les jeunes filles parce qu'elles étaient en train de boire dans un pub accompagnées de garçons. En réaction à cette offensive religieuse qui a ému l'ensemble du pays, un groupe a été créé sur le site de Facebook, rapporte le quotidien Indian Express. "Le consortium des femmes libérées, allumeuses et allant dans les bars" regroupe déjà plus de 25 000 membres. Sous le slogan "Le pouvoir aux femmes ! Allez les filles, allez ! Montrez à l'Armée de Ram qui est le patron !", il s'est lui aussi assigné une mission pour la Saint-Valentin : aller dans les pubs et envoyer des centaines de culottes roses aux membres de l'Armée du seigneur Ram. De leur côté, les religieux ont interdit aux magasins et aux pubs du Karnataka de célébrer la fête des amoureux et promis d'envoyer, en réponse aux culottes, des saris roses.

Les conservateurs hindous ne sont pas les seuls à s'opposer à la Saint-Valentin, considérée comme le symbole de l'Occident décadent. Au Pakistan, le
Daily Times s'insurge contre la Brigade morale des musulmans fondamentalistes, qui récusent cette fête "non islamique". Alors que le pays fait face à des nombreuses tragédies, le quotidien de Lahore trouve admirable que la population arrive à se réjouir et condamne ces "casseurs de joie".

Au Moyen-Orient aussi, la fête des amoureux est honnie. "En Egypte, le cheikh égyptien Hazem Choumane met en garde les jeunes musulmans contre le ‘virus de la Saint-Valentin', plus dangereux, selon lui, que le sida ou le choléra", rapporte le site du
Middle East Media Research Institute (MEMRI). Le cheikh s'est exprimé sur la chaîne satellitaire égyptienne Al-Rahma. "Dans quelques jours, la planète bleue virera au rouge. Nous deviendrons la planète la plus rouge de l'univers. Tout ce qui est rouge sera plus coûteux. Les oursons rouges, les bougies rouges, les stylos rouges… Leur prix augmentera. Une seule chose rouge verra son prix diminuer : le sang des musulmans. Tout cela est la conséquence des péchés commis par les jeunes musulmans. Dans quelques jours, un virus très dangereux attaquera le corps de la nation. Quel virus ? Est-ce le sida ? Non, quelque chose de plus dangereux. Quelque chose de plus dangereux que l'ébola, qui se dissout dans le corps humain, plus dangereux que le choléra, qui a rasé la moitié de l'Europe il y a quelques siècles. C'est le virus de la Saint-Valentin. Je suis venu aujourd'hui mettre en garde garçons et filles contre ce virus extrêmement dangereux, qui est sur le point d'attaquer les cœurs des jeunes de la nation et de détruire notre relation à Dieu. Nous devons affronter ce virus de la Saint-Valentin. Plus vous fêtez la Saint-Valentin, plus les juifs et les chrétiens sont contents et plus le prophète Mahomet est triste", a-t-il notamment déclaré.
 
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

henri 20/02/2009 12:58

Avec le satellite et internet on peu entendre son prêche dans le monde entier. C'est beau la technologie ;-)