[reportage] Visite dans "la plus grande ferme de France"

Publié le par caphi

(chronique enrichie bientôt en information plus vitaminée mais surtout sans CO2)
 
Ce lundi 23 février, je me suis rendue au Salon International de l'Agriculture à Paris (porte de Versailles), appelé à juste titre "la plus grande ferme de France".
 
Tout de suite à mon arrivée, vers midi, je me suis retrouvée au milieu du troupeau...
photo caphi
 
... de moutons, de brebis et autres vaches...
Culs de Chipie, Cookie et Cassis, vaches de la race "Blanc-Bleu" - photo caphi
 
J'observe une Charolaise allongée mais drôlement enflée vers son orifice : "C'est une descente d'organe !" m'explique le paysan qui me rassure qu'elle ne souffre pas.
 
Je vois à ce moment-là aussi descendre fièrement d'un escalator un aéropage de personnalités africaines suivies par une caméra de télévision. Je m'approche et salut...le Ministre de l'Agriculture du Mali; au milieu de l'allée, j'entame de pourpoint avec l'homme relativement décontracté, entouré de ses gardes du corps et conseillers techniques. Je lui suggère une idée pour que ses pauvres compatriotes échoués et désorientés dans nos villes inhumaines ne soient plus à la merci de "négriers" : proposer une coopération franco-malienne en organisant un apport de ces paysans maliens "affamés" pour le repeuplement de certaines campagnes françaises trop longtemps désertées (telle la Lozère, l'Aude ou l'Ariège) afin qu'il  y apporte autant leur savoir-faire ancestrale que leur force de travail.
C'est aussi ça le métissage des cultures ! Pour le bien de tous. Encore faut-il une volonté politique...


Je quitte mon sympathique ministre (qui me demande ma carte) pour me diriger vers des bovins qu'on prépare pour le concours de beauté; une vache prim'holstein reçoit les soins nécessaires : ses sabots sont laqués tout comme son pelage.  Je m'enquiers : "Et le soir, elle sort en talons aiguilles ?". J'ai trouvée une copine.
 
Suzanne, une alsacienne d'Obernay, sur le stand de la race Fechvich allemande m'offre un café bienvenu ; je la fais rire avec mes histoires de vaches racontée avec un ami au téléphone.
 
A stand des produits laitiers, seul les enfants ont droit à un verre gratuit de lait aromatisé. Sinon c'est "20 c pour les adultes" ! Je préfère me rendre vers la dégustation de fromages, mon péché-mignon ! Au stand du fromage Beaufort, on m'explique pourquoi ce fromage est si cher : vendu au sortir des ateliers à 9, 50 €, il est proposé à 17 / 18 € sur les étalages (on en a trouvé même à 42 € !). Au stand de la Normandie, deux jeunes filles font déguster le Livarot  ou le Camembert; sur le stand de Roquefort, est proposé le fameux et délicieux fromage de brebis à 8 ou 16 € suivant la qualité... de l'emballage !
 
Au stand de la Fédération Nationale des Syndicats d'Expoitation Agricole (F.N.S.E.A.) où je fais une halte "café", un monsieur antillais me demande "la direction du porc"... tout en m'observant de bas en haut.
Près du stand de la FNSEA et du plateau de télévision de Public Sénat - photo caphi
 
Au pavillon 2, c'est les espaces de Cultures et des filières végétales.
D'emblée, on peut y admirer les inventives créations florales lauréates des Oscar National des Jeunes Fleuristes >  photo caphi
 
Plus calme, le stand Ethanol promeut l'autre énergie "pour les stations-service" ; un jeune étudiant agronome m'apprend qu'une des questions les plus souvent posées par les visiteurs est : "Est-ce que ça ne vas pas affamer la planète ?"

Plus loin, Eric, élagueur du Troisième Millénaire me drague ouvertement tandis que sur le stand voisin du
club Botanic, on annonce que les abeilles sont "les sentinelles de l'environnement".
 
Au stand Magic Lights, une jeune fille présente inlassablement devant des badauds relativement peu intéressés, le fonctionnement de ses lampes à huiles flottantes que l'on confectionne soi-même.
 
Pour souffler un peu, arrêt au stand des Pommes du Limousin; je croque avec plaisir pendant qu'assise sur un fauteuil je me fais expliquer par un monsieur charmant que ce sont "les seuls pommes AOC de France". "Faite en lutte raisonnée intégrée" sur seulement 3 000 hectares pour une récolte de 100 000 tonnes par an, elles est confondues avec la Golden, plus pâteuse.
 
Plus loin encore, les nombreux stands de régions de France mais aussi ceux des nombreux pays représentés : l'Italie bien sûr avec ses fromages typiques mais aussi le Sénégal (gros stand) avec, entre autres, un petit stand où une femme fière propose ses poissons pendant que sur le stand du Japon, le public se rut pour  goûter son "délice culinaire pour le corps et l'âme" (photo) > pendant que les Coréens proposent leur Ginseng arrivé en force.
 
Plus loin, sont présentées les recherches des Russes d'Omsk concernant la nourriture...de la terre tandis que le royaume du Maroc se veut plus vert en signant sur son stand une convention de stages et d'échanges avec le gouvernement français pour accueillir 250 étudiants français afin, entre autres, de les "initier à la découverte de l'environnement et de l'exploitation agricole" marocaine alors qu'à deux enjambées de là de ces officiels, dans un coin reculé du pavillon, des militantes de l'association Parrains et Partages proposent que vous parrainiez des enfants du monde en tentant de vous convaincre avec le sourire et des roses !
 
Le restaurant brésilien avec ses couleurs reconnaissables vertes et jaunes propose lui ses viandes et poissons grillées. Pas le temps de m'installer pourtant.
 
Au stand "Agri-confiance", Jean-Marc, un homme de Conde-sur-Vire, coopératif et averti, m'offre le verre de cidre que la Ministre de l'Économie Christine Lagarde;qui venait de passer, n'avait pas eu le temps de boire.
 
Je termine enfin ma journée au stand FARM (Fondation Pour l'Agriculture et la Ruralité dans le Monde) où, au cocktail, je partage mon verre d'eau avec un paysan malien et disserte avec Michel, un spécialiste franco-guinéen pour le développement de la Guinée et lancer de belles idées pour une agriculture plus solidaire.
 
Quoique éprouvante, cet après-midi dans ce Salon qui n'est pas mondain fut passionnante et enrichisante. C'est sûr, on reviendra à la ferme !
 
Caphi 
 
Salon International de l'Agriculture (Paris, porte de Versailles) jusqu'au dimanche 1er mars 2009 - Nuit de l'Agriculture le vendredi 27 février jusqu'à 23 H - www.salon-agriculture.com

ACTU > Jean-Louis Borloo va lancer un "Grenelle de la mer" - 24/02/2009 10h52 GMT (source : AFP)

Publié dans [reportages]

Commenter cet article