Comment l'industrie pharmaceutique a médicalisé nos émotions

Publié le par caphi

Au moment où l’ensemble des organisations syndicales des psychiatres publics constate qu’en l’espace de deux mois, les réformes annoncées pour la psychiatrie constituent de graves menaces pour la discipline, les soins, les patients et les libertés publiques, et alors que la tradition psycho-dynamique française semble voler en éclats face aux modèles cognitivo-comportementalistes nord-américains, nous arrive d’outre-atlantique un essai réjouissant.

par Serge Hefez,

Dans son livre «Comment la psychiatrie et l’industrie pharmaceutique ont médicalisé nos émotions», Christopher Lane, spécialiste des cultural studies, dénonce le modèle comportementaliste américain présenté aujourd’hui dans le monde comme le parangon du réalisme scientifique.

Prenant l’exemple de la timidité, qui n’est en rien une maladie mais une émotion ordinaire, l’auteur souligne la manière dont le fameux DSM (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), véritable bible de la psychiatrie internationale, élaboré par l’APA (American psychiatric association), peut s’avérer inefficace voire carrément dangereux. C’est pourtant ce DSM, volumineux catalogue de l’ensemble des symptômes que l’être humain est capable de produire qui est adopté dans le monde entier à travers l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme outil diagnostique et donc comme guide thérapeutique. Ce répertoire a toujours rencontré la méfiance d’une psychiatrie française davantage intéressée par le sens des symptômes que par leur description.


Le DSM s’inscrit en effet volontiers dans une logique hygiéniste et sécuritaire, nous invitant à tous nous considérer comme des malades mentaux dangereux pour les autres ou pour nous-mêmes
.


L’essai de Lane décrypte comment on a progressivement transformé en maladie mentale nos émotions les plus banales, pour le plus grand bonheur d’une industrie pharmaceutique soucieuse de rentabiliser ses précieuses molécules
 : contre l’angoisse de mourir quand on est atteint d’une maladie mortelle, contre le désir de bien manger parfois avec excès ou de boire un verre de vin par jour.

Si les deux premiers DSM, rédigés entre 1952 et 1968, respectaient une logique psychodynamique, prenant en compte la subjectivité des individus, à partir des années 1970, sous la pression des laboratoires et des départements de neurosciences soucieux de réintégrer la psychiatrie dans une vaste science du cerveau, le DSM se dirige résolument vers une analogie entre troubles mentaux et maladies organiques.


Entre 1980 (DSM 3) et 1987 (DSM 3 révisé) on procéda à un «balayage athéorique» se basant sur les psychologies du conditionnement. Les concepts classiques de la psychiatrie sont bannis au profit de la seule notion de trouble (disorder). Ceci permet de faire entrer dans le DSM 4 de 1994 trois cent cinquante nouvelles maladies dont une foule de nouveaux syndromes baptisés addictions tels que l’activité sexuelle libertine, l’apathie, l’amour de la gastronomie ou encore le plaisir de déambuler sur Internet.


Toutes les émotions, y compris les plus banales, sont répertoriées. La dépression connaît sous toutes ses formes son heure de gloire, y compris la tristesse liée à un deuil, pour la plus grande gloire des antidépresseurs.


Faire entrer d’un côté l’existence ordinaire des hommes dans des tableaux pathologiques pour la normaliser par des traitements et de l’autre susciter la terreur de la folie en montant en épingle le moindre fait divers, en renforçant les logiques d’enfermement, de surveillance et d’exclusion, conforter la peur de soi et la frayeur des autres
, voilà un beau programme qui devrait inciter chacun de nous à se tenir à carreau…


P.S.
Dans la série la peur des autres, j’apprends que l’avant projet de loi sur le statut de tiers auquel j’avais précédemment fait référence a été ajourné, vraisemblablement sous la pression des associations familiales catholiques et de l’entente parlementaire contre l’homoparentalité….
Il aurait un peu facilité le quotidien des familles recomposées et des familles homoparentales. Surveiller et exclure, encore et encore…

Commenter cet article