[la webdromadaire People de caphi] Carla, Veronica, Laura...les passions assassines

Publié le par caphi

la webdromadaire People de caphi

Carlita, Veronica, Laura...les passions assassines


1er mai 2009, Pont Sully-Morland (Paris 4e) - photo caphi

----------------------------------------------------

"J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence"

Anatole France, Extrait de Le Crime de Sylvestre Bonnard

----------------------------------------------------

sommaire
[livre] L'assistant de 'Carlita", à la vie dissolue, livre ses secrets...
[chambre à part ] Veronica Berlusconi, cavalière seule
[passion] Comment la presse "People" parle du 3eme genre...

----------------------------------------------------
L'assistant personnel de Carla Bruni... livre ses secrets dans un livre bouleversant !

L'assistant personnel de Carla Bruni publie son autobiographie bouleversante ! Cela fait dix ans qu'il est dans l'ombre de Carla Bruni, épouse de Nicolas Sarkozy et Première dame de France. Dix ans qu'il la suit et qu'il l'aide au quotidien. Mais cet échange et ce support sont réciproques, car la vie de Franck Demules, l'assistant personnel de Carlita, n'a pas toujours été rose.

par Adam Ikx, purepeople.com, mercredi 6 Mai 2009

Orphelin de père à 9 ans, il côtoie très tôt les maoïstes avec sa mère, une activiste d'extrême gauche. Son tuteur légal, Christian Hennion, journaliste à Libération en charge de la justice, est un pédophile connu
qui le viole régulièrement entre 11 et 18 ans. Par la suite, il devient élève-acteur de
Patrice Chéreau au théâtre des Amandiers. Il y rencontre Valeria Bruni-Tedeschi, mais la descente aux enfers continue. Sa femme, Isabelle, meurt du sida après lui avoir donné une fille. Il tombe dans toutes les addictions - drogue, alcool - et connaît la prison. Et un jour, il rencontre Carla...

Comme nous vous l'annoncions, cette rencontre et ce destin hors-norme, Franck Demules a souhaité le partager via un roman autobiographique - Un petit tour en enfer -, avec l'aide du journaliste Ludovic Perrin. A l'occasion de la sortie de l'ouvrage, Paris Match a rencontré l'auteur, qui se livre à coeur ouvert. Extraits.

"Carla m'a rendu espoir et vie. Elle m'a confié petit à petit la logistique de sa maison : ampoules à changer, devis de plombier et d'électricien, etc... Vu mon passé chaotique, les gens malhonnêtes, je les renifle... Au fil du temps, elle m'a laissé les clefs, puis de l'argent liquide, enfin sa carte Bleue"
.

Carla connaissait-elle tout le lourd passif dévoilé dans ce livre ? "Quand je lui ai posé le manuscrit sur son piano, elle savait déjà tout. Elle m'a félicité. Son seul conseil a été : C'est ton bouquin. On va essayer de le ramener sur moi, ne te laisse pas faire".

Quel rapport entretient-il avec le chef de l'Etat ? "Des relations d'homme à homme. Je suis viscéralement de gauche, mais j'ai découvert chez lui la faculté de parler des choses entre quatre yeux. Quand je suis revenu, en février, de ma cure de désintoxication, il m'a dit : C'est maintenant ou jamais qu'il faut que tu te mettes au boulot".

Et comment voit-il son avenir ? "Dans la famille de Carla, on garde le personnel presque à vie. Cela m'inquiète un peu. Certes, ce n'est pas la mine de bosser pour elle, mais j'ai aussi envie de créer, ne serait-ce que pour ma compagne, Emilie, et ma fille Pandora".

De son côté, interrogée par l'hebdomadaire, Carla Bruni confie quant à son assistant : "Je fais confiance ou pas. Avec Franck, ça a été immédiat. Depuis, j'ai observé sa rigueur, sa morale. Il s'est forgé plein de principes pour vivre. Il est distant et résistant. Ensuite, je suis quelqu'un de très longue haleine dans les relations affectives et professionnelles. Donc, quand je me suis mariée, je n'ai pas imaginé une seconde m'en séparer. Même si je suis désormais très protégée, il y a un tas de choses personnelles et intimes que je n'ose pas demander aux personnes du palais ou aux agents de sécurité. C'est pourquoi j'ai deux fois plus besoin de Franck aujourd'hui !"

>
Un petit tour en enfer
, de Franck Demules, aux éditions du Moment

L'assistant personnel de Carla Bruni publie son autobiographie bouleversante !

Nota
: Les éditions du Moment
ont déjà publié un le livre peu amène," Belle-Amie" sur Rachida Dati , livre que Carla Bruni avait beaucoup aimé ... une coïncidence, sans doute !

http://www.purepeople.com/article/l-assistant-personnel-de-carla-bruni-livre-ses-secrets-dans-un-livre-bouleversant_a30641/1

Carla Bruni
Carla Bruni, Chanteuse Mannequin Compositeur né le 23 Décembre 1967
----------------------------------------------------

[chambre à part ] Veronica Berlusconi, cavalière seule

L’épouse du président du Conseil italien met fin à dix-neuf ans de mariage après les derniers dérapages de son mari.

par ÉRIC JOSZEF, correspondant de
Libération, 04/05/2009
Veronica et Silvio Berlusconi.
Veronica et Silvio Berlusconi. (Alessandro Bianchi / Reuters)

Samedi encore, il pensait que «Madame» allait rentrer dans le rang. Après les déclarations de son épouse Veronica Lario dénonçant publiquement, mardi, son intention de présenter des «soubrettes» de la télévision aux prochaines élections européennes
(«un bric-à-brac sans pudeur qui porte atteinte à la crédibilité des femmes»), Silvio Berlusconi avait ironisé sur «la Signora embobinée par les journaux de gauche». Alors que les critiques provenaient aussi d’une partie de son camp politique, il avait tout de même renoncé à mettre sur les listes de son parti du Peuple de la liberté (Pdl) la plupart des showgirls préalablement sélectionnées. Il pensait ainsi avoir clos la polémique. Avec une opposition de gauche dans les cordes, Silvio Berlusconi se laissait même aller samedi après-midi à l’euphorie : «Ma popularité atteint 75,1 %. Je fais mieux qu’Obama.» C’était sans compter la colère froide de Veronica.

«Papounet».
Après dix-neuf ans de mariage, trente ans de vie commune et trois enfants ensemble, l’ancienne comédienne, âgée de 53 ans, qui a abandonné le théâtre pour se consacrer à la vie de famille, a décidé de mettre à l’épreuve l’état de grâce du numéro un italien en demandant le divorce. «J’ai été contrainte de le faire, a-t-elle confirmé à deux quotidiens, je ne peux rester aux côtés d’un homme qui fréquente des jeunes filles mineures.» Parallèlement à la liste des «soubrettes» parrainées par son mari, le journal la Repubblica avait en effet révélé que le chef du gouvernement s’était rendu la semaine dernière à l’anniversaire d’une jolie blonde napolitaine, Noemi Letizia, qui fêtait ses 18 ans. Cette dernière a expliqué, ingénue, qu’elle l’appelait «papounet», qu’elle lui rendait souvent visite à Milan ou Rome, et que «papounet» lui avait offert un collier en or avec des brillants. «Cela m’a surprise car, bien qu’invité, il n’est jamais venu au dix-huitième anniversaire d’aucun de ses enfants», a tonné Veronica. Silvio Berlusconi s’est empêtré dans les explications. «Si, au moins, ça pouvait être sa fille», a pour sa part commenté, indignée, Veronica Lario, devenue, par ses prises de position des derniers jours, l’opposante la plus féroce à l’univers berlusconien de la politique spectacle.

Plutôt effacée, elle acceptait jusqu’à présent dans les grandes lignes le rôle d’épouse et de mère modèle, refusant celui de first lady. Depuis l’entrée en politique de Silvio Berlusconi en 1994, celle qui interdisait à ses enfants de regarder le petit écran évitait les apparitions publiques, préférant rester dans la somptueuse villa d’Arcore à cultiver son jardin et à lire Proust. Pour le patron de la droite, Veronica Lario avait ainsi pour fonction d’alimenter son image de père de famille, conformément au modèle traditionnel d’une partie de son électorat catholique, malgré un divorce d’un premier mariage et des escapades supposées. Quand, il y a deux ans, le Cavaliere avait fait la cour à la ravissante show girl Maria Carfagna (aujourd’hui ministre de l’Egalité des chances), Veronica avait, dans une lettre ouverte à la Repubblica, exigé des excuses. Silvio Berlusconi avait retourné l’affaire à son avantage en écrivant à son tour : «Je conserve ta dignité dans mon coeur comme un bien précieux, même lorsque de ma bouche sort un compliment galant, la bagatelle d’un instant.»

Indépendance.
A plusieurs reprises, au cours des dernières années, Veronica Lario a toutefois manifesté des positions politiques nettement plus progressistes que son mari. Dans un livre, elle a d’ailleurs révélé qu’elle n’avait pas toujours voté pour Forza Italia. En 2003, elle fait l’éloge du mouvement pacifiste au moment même de l’intervention en Irak soutenue par le gouvernement de son mari. Plus tard , elle se prononcera en faveur de la recherche sur les cellules souches, contre l’avis de l’Eglise et de la majorité de droite. Il y a quelques années, les rumeurs allèrent même jusqu’à lui prêter une aventure sentimentale avec le philosophe et maire centre-gauche de Venise, Massimo Cacciari. Silvio Berlusconi avait réagi et ironisé au cours d’une conférence de presse avec son homologue danois, expliquant qu’il présenterait ce dernier à Veronica «parce qu’il est plus beau que Cacciari». De manière générale, Silvio Berlusconi s’est toujours accommodé de l’indépendance de son épouse, laquelle est actionnaire principale du quotidien de droite iconoclaste il Foglio. Ces prises de positions sans rupture définitive de Veronica lui étaient même d’une certaine façon utiles pour démontrer qu’il n’était pas le tyran décrié et qu’il acceptait la contradiction, y compris sous son toit. Hier, Veronica Lario a laissé entendre qu’elle n’avait pas divorcé plus tôt pour tenir la famille unie et a repoussé les soupçons selon lesquels des questions d’héritage seraient à l’origine de sa décision. Les sondages indiquent que les déclarations de Veronica Lario n’ont eu, avant l’annonce du divorce, aucune incidence sur l’électorat. La séparation changera-t-elle la donne ? D’ordinaire loquace, le Cavaliere s’est pour l’heure contenté de faire savoir que «c’est une affaire personnelle douloureuse qui rentre dans la sphère du privé et dont il me semble bon de ne pas parler».

lien de l'article :
http://www.liberation.fr/monde/0101565275-veronica-berlusconi-cavaliere-seule
----------------------------------------------------

Comment la presse "People" parle du 3Eme Genre...

 

[GALA] Daniel Radcliffe ensorcelé par un drag queen

Le héros d’Harry Potter serait très proche du travesti Our Lady J
 

Il faut se faire une raison, l’apprenti sorcier le plus connu du monde a bien grandi. Et ses envies aussi. Ainsi, Daniel Radcliffe a manifestement revu ses aspirations et se tourne de plus en plus vers la transsexualité. Il serait même devenu très proche de Our Lady J, un imitateur du travesti Dolly Parton. Quel sort a-t-il bien pu lui jeter?

Gala, Jeudi 7 mai 2009 

Le nu ne lui pose aucun problème et les transformations non plus: Daniel Radcliffe est devenu un homme à l’aise dans son corps, qui s’assume, et assume ses tout nouveaux penchants.
Car alors qu’on pensait tout connaître du héros d’Harry Potter (jusqu’à son anatomie la plus intime
grâce à ses apparitions au théâtre, au cinéma ou en couverture de magazines), et qu’on le croyait sous le charme de l’actrice Laura O Toole, il semblerait que le petit sorcier ait été ensorcelé… par un drag queen!

En effet, l’acteur s’est offert un peu de bon temps dimanche dernier en compagnie du travesti Our Lady J.
Main dans la main, les deux hommes se baladaient dans les rues de New York et avaient l’air particulièrement intimes.
«Daniel est fasciné par la culture des drag queen, il pose beaucoup de questions. Il est venu à quelques représentations et il s’y sentait très bien», affirmait une source proche d’Our Lady J.
«Il est vraiment génial, et entre Our Lady J et lui, ça a été un énorme coup de cœur. Ils ont mangé ensemble et sont sortis faire la fête. Ils sont devenus très proches», appuyait cette même source.

Et ce n’est un secret pour personne, puisque le travesti l’a lui-même annoncé sur son compte Twitter (réseau social où l’on peut dire à tous ses contacts ce que l’on est en train de faire). Dimanche soir, Our Lady J, qui a déjà travaillé avec Alanis Morissette, Dolly Parton et The Nine Inch Nails, écrivait sur son compte «Dîne avec Daniel Radcliffe».
Et l’acteur principal de la saga des Harry Potter ne s’en cache pas, il aime «être différent des gens de sa génération» et
adore se déguiser en femme, «juste pour porter une tonne de maquillage».
Rien à faire, entre ces deux-là la magie opère

http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/daniel_radcliffe_ensorcele_par_un_drag_queen_178747

NOTA
: L'article de
Gala parle ici de "drag queen" et de "travesti" et non de "transsexuel(le)" même s'il évoque la transsexualité. 
En raison de la grande lacune (sur le 3eme genre") de la part de nombreux journalistes, spécialement "People", je vous recommande de LIRE mon blog "Différences" :
> EN SAVOIR PLUS SUR LA TRANSSEXUALITE / TRANSIDENTITE


rappel des blogs de caphi
sélection d'informations identitaires, culturelles et citoyennes


>
 les Paris de caphi

> la webdromadaire de caphi
 (mon regard décalé, subjectif et citoyen sur l'identité et le sens en particulier à travers les Arts et les Sciences) > http://lawebdromadaire.over-blog.com)
 

> Différences (mon blog consacré à la TRANSIDENTITE
) > http://caphi.over-blog.fr
 
> notre raison d'être (


< le journal personnel de caphi
(en développement) > http://caphi.over-blog.net> http://caphi.over-blog.net

Publié dans [les billets de caphi]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article