La reprise ou la méprise ?

Publié le par caphi

Jane Birkin et des militants des Droits de l'Homme pour la libération de la birmane Aung San Suu Kyi à proximité de l'ambassade de Birmanie à Paris (17e) le 11 août 2009 - photo caphi

----------------------------------------------------

"Ce qu'on nomme la crise n'est que la longue et difficile réécriture qui sépare deux formes provisoires du monde" [Jacques Attali] Extrait de Les Trois Mondes (pour une théorie de l'après-crise)

----------------------------------------------------

[un site] la Marche Mondiale pour la Paix et la Non-Violence

[sorties]
> ce samedi 19 septembre, Champ de Mars (face au Mur pour la Paix) de 11 h à 23 h > 7e Défistival, événement d'échanges pour la Diversité et la Mixité. La Marche Mondiale pour la Paix et la Non-Violence sera mise à l’honneur. Grand rendez-vous annuel de la citoyenneté, le public fait la fête naturellement, simplement, gratuitement et ce, dans le seul et unique but : le partage sans exclusion ni discrimination en partenariat avec la campagne d'information "Pour la Diversité. Contre les Discriminations" > www.defistival.org

> Jusqu'au 24 octobre 2009 à la galerie Agathe Gaillard > les noirs et blancs de la photographe SANDRA ELETA dévoilant la beauté naturelle des populations indiennes du Panama - 3 rue du pont Louis-Phillipe, 75004 Paris. Du mardi au samedi de 14H à 19H - tél : 01 42 77 38 24 - agathegaillard.com
 
 

sommaire

[un site] la Marche Mondiale pour la Paix et la Non-Violence

[sorties] Le Défistival et la photographe Sandra Eleta à la galerie Agathe Gaillard

[éco] REPRISE ?

[justice et société] L'épicentre des souffrances

[portrait] « Mon meilleur copain », SDF, environ 515 euros par mois

[sport et identité sexuelle] l'affaire Caster Semenya

[avenir] Nous sommes le monde en devenir

----------------------------------------------------

[éco] REPRISE ? «Et si la crise n'était, à son terme ultime, qu'une crise des modèles, expression d'un capitalisme psychotique conduisant au désastre [...] L'espoir de la «sortie du tunnel», le mythe de la «grande reprise» - mais la reprise de quoi, et pour qui ?- nous masquent le caractère d'irréversibilité de la situation qui a été engendrée par l'accélération continuelle des révolutions technico-scientifiques.» Crise/Reprise : un cas d'école d'une «vieille propagande des binarismes, de ces fausses polarités que la démarche théorique de Guattari et de Deleuze s'acharnait à démonter». A l'heure où les gouvernements d'Europe et des Etats-Unis n'ont plus que le mot de reprise à la bouche, les yeux rivés sur les sursauts du Produit intérieur brut (PIB), l'analyse de François Cusset dans la préface au recueil Les années d'hiver (Les Prairies Ordinaires), écrits republiés de Guattari (dans un texte lumineux sur l'actuel marasme économique, écrit en septembre... 1983) invitent à s'écarter de ces «étaux binaires» et parient sur la dispersion, la démultiplication. Aller voir ailleurs, croiser d'autres indicateurs, prendre la tangente... LIRE > Félix Guattari ne croit pas à la reprise | Mediapart
 
[justice et société] L'épicentre des souffrances "Comme en 2000, les parlementaires s'indigneront du nombre de malades mentaux incarcérés. Une personne détenue sur trois avait déjà consulté pour un motif psychiatrique avant l'incarcération, et une personne détenue sur trois est considérée comme relevant de soins psychiatriques. On retrouve quatre fois plus de personnes schizophrènes en population pénale qu'en population générale, et leur vie en détention est un parcours d'obstacles qui aggrave généralement leur état. Certes, les pouvoirs publics vont renforcer le dispositif de soins psychiatriques en milieu pénitentiaire, prenant acte d'une situation dont la communauté psychiatrique ne doit pas s'accommoder car elle a une large part de responsabilité dans le phénomène. La venue de soignants en prison a permis d'apporter des soins de qualité aux personnes en souffrance ou en demande. Mais désormais le dispositif de soin est victime de son succès. Il légitime l'incarcération de personnes souffrant de pathologies mentales graves. Et il soulage la communauté psychiatrique et la société de la charge que constituent le suivi et l'accompagnement des patients difficiles à soigner."  (Extrait de l'article de Catherine Paulet, psychiatre, présidente de l'Association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire, paru dans l'édition du Monde du 05.09.09) LIRE l'article en entier

[portrait] « Mon meilleur copain », SDF, environ 515 euros par moisLe pliant, le sac et la sébile de "mon meileur copain", sdf en Normandie en 2009 (Le Yéti). Le jour de marché, il vient par autocar jusqu'à notre petite ville touristique du bord de mer et s'installe face à la boulangerie sur son tabouret pliant, quel que soit le temps, avec son écriteau de sans domicile fixe (SDF). D'emblée, il prévient : « Pas de nom, pas de photos. Je ne veux pas qu'on me voie comme ça. » A défaut, appelons-le « mon meilleur copain ». J'ai passé ses revenus au rayon X...(par Le Yéti | yetiblog.org | 08/09/2009) > LIRE > Eco89

Sport et identité sexuelle: l'affaire Caster Semenya  La championne du monde 2009 sur 800 mètres est au centre d'interrogations sur son identité sexuelle qui vont bien au-delà du sport...  > LIRE sur Différences, mon blog de RÉFÉRENCE FRANCOPHONE consacré à la TRANSIDENTITE

[avenir] Nous sommes le monde en devenir Dans ce monde informatisé, nos prothèses de communication numérique nous isolent chaque jour un peu plus en réduisant au minimum les relations humaines, et nous conditionnent insidieusement jusqu’à notre manière d’appréhender et de comprendre notre situation de survie. "Alors que chacun s’isole dans la crainte, en se retranchant dans sa petite sphère quotidienne, les relations sociales se désagrègent dans la peur et le rejet de la différence... (...) par Lukas Stella / Altermonde > Lire l'article entier

Rue Desnoyez, Paris 20e - photo caphi


Publié dans [les billets de caphi]

Commenter cet article