Des héros et des hommes

Publié le par caphi

L'argent, ses pouvoirs et ses conséquences ont marqué la 8ème édition du Festival PARIS-CINEMA qui s'est tenu du 3 au 13 juillet 2010 dans différents cinémas parisiens.
 
La-riviere-Tumen---Arizona-Films.jpgOutre le très beau film "La Rivière Tumen" du sud coréen Zhang Lu (illustration ci-contre) qui a reçu le PRIX du JURY et celui des étudiants, deux films récompensés,  "Cleveland contre Wall Street" , le documentaire du suisse Jean Stephan Bron, "belle leçon de citoyenneté politique" pour Aude Hesbert la déléguée générale (en salles le 18 août) et "Le Braqueur" de l'allemand Benjamin Heisenberg (en salles le 3 novembre) - respectivement PRIX du PUBLIC et (nouveau) PRIX des BLOGUEURS -, a démontré l'influence de la crise financière internationale sur  le choix des jurés-cinéphiles. Et pour faire échos à leurs conséquences sociales, le MK2 Bibliothèque, centre névralgique du Festival, a été victime, trois jours avant sa clôture, d'une grève surprise du personnel pendant quelques heures, et mis ainsi en lumière les problèmes particuliers du cinéma et de ses "dérivés".
 
D'ailleurs, les films présentés ont reflétés plus largement les problèmes de nos sociétés et les conflits qu'ils engendrent : incompréhension, égoïsme et corporatisme.
Le Japon, à l'honneur cette année, a ouvert une voie originale en présentant une programmation écclectique. De "Tetsuo : the Bullet Man" de Shinka Tsukamoto (2009) au documentaire "Pyuupiru 2001-2008" de Daishy  Matsunaga (2009) - deux inédits - Il y en avait pour tous les goûts. Et même les fantasmes en tous genres !
 
Les avant-premières
 
Avec des films pourtant aussi différents que "Everyone Else", l'oeuvre intimiste de l'allemande Maren Ade ou "The Housemaid" du sud-coréen Im Sang-soo, les regards portés sur nous-mêmes n'ont jamais été aussi crus voire incisifs, ce qui n'empèche pas une certaine dose d'humour comme avec l'excellent "docu-menteur" et inclassable "Double Take" du hollandais Johan Grimonprez (en salles le 22 septembre)
 
"Mais il y a une réalité du monde : si le public ne vient pas [la 1ère semaine d'exploitation du film], il ne tiendra pas !" a rappelé la distributrice du film primé "La Rivière Tumen" (sorti en salles le 25 août), oeuvre "dure, cruelle, burlesque et kafkaïenne" pour l'écrivain Eric Reinhardt qui remettait le prix au nom du jury du festival présidé par l'actrice Charlotte Rampling qui rappela aussi que "le cinéma est abolument libre pour que tout le monde puisse s'exprimer comme il l'entend".
-----------

"Le Dernier Eté de la boyita", chronique pudique et sensible sur la "différence" réalisée par l'argentine Julia Solomonoff, a été présentée en avant-première le dimanche 11 juillet (en salles le 8/09/2010, à partir de 12 ans)

 
L'expression des identités - sexuelles, religieuses ou nationales - a été aussi abordé, que ce soit avec l'oeuvre sensible et pudique de l'argentine Julia Solomonoff, "Le Dernier Eté de la boyita" (en salles le 8 septembre 2010), "Le Nom des gens" l'excellente comédie politique de Michel Leclerc (en salles le 24 novembre 2010) ou avec "Des hommes et des dieux" , magnifique méditation sur l'engagement et la foi du français Xavier Beauvois (Grand Prix de Cannes 2010, en salles le 8 septembre 2010) qui illustre parfaitement le rôle des hommes de bonne volonté pour tenter d'améliorer notre condition humaine face aux dangers qui nous menaçent : l'intolérance et les "frontières" - fictives ou réelles - qu'on nous impose.
 
Mais face à l'exemplarité de certains personnages (de fiction ou pas) représentés par le 7eme Art, les intentions cinématographiques louables se confrontent au vécu où l'ostracisme (qui ne dit pas son nom) et l'hypocrisie (pour le cacher) - même dans le milieu du cinéma et de certains de leurs services de presse - sont encore malheureusement des valeurs communes qu'on aimerait échanger avec de meilleures images.
 
Pourquoi n'apprend-t-on pas assez de nos "héros" qui pourtant fascinent encore nos contemporains ?
 
Caphi
 
 
Palmarès  
Le Palmarès de PARIS CINEMA 2010
- Prix du Jury : La Rivière Tumen de Zhang Lu
Doté par Screenvision. Distributeur : Arizona Films - Sortie en salles le 25 août
- Prix du Public : Cleveland contre Wall Street de Jean-Stéphane Bron
Doté par CINECINEMA, en partenariat avec JC Decaux. Distributeur : Les Films du Losange - Sortie en salles le 18 août
- Prix des étudiants : La Rivière Tumen de Zhang Lu
Doté par Imagine R, l'Etudiant, CINE FAC et l'Office franco-québécois, en partenariat avec Ma Chaîne Étudiante.
- Prix des blogueurs : Le Braqueur de Benjamin Heisenberg
Doté par Studio Ciné Live. Distributeur : ASC Distribution - Sortie en salles prévue le 2 novembre.
 
  en savoir plus

Commenter cet article